A propos de Apnée : voir le reportage sur BipTV-Indre dans le cadre de l’exposition au Musée de l’Hospice Saint-Roch à Issoudun (septembre-Décembre 2013) : http://bip-tv.fr/?m=1084&c=287#1084-287

Apnée, projet photographique qui a vu le jour lors d’une résidence au musée de l’Hospice Saint-Roch (Issoudun) et réalisé entre La Creuse et Le Berry, s’inspire à la fois des Contes d’une grand-mère que George Sand racontait à ses petites filles et des Légendes Rustiques rassemblées par son fils Maurice. George Sand a mis par écrit ces récits oraux fantastiques pour les sauver de « l’oubli qui marche vite ». Ces récits d’un autre âge proposent une explication du monde basée sur l’irrationnel. Pour ce travail, j’ai choisi d’interpréter librement ces légendes et l’univers de l’écrivain. J’ai axé mes recherches sur le paysage et les intérieurs mystérieux semblables à cet étrange château de Pictordu, où s’animent, parmi les ruines, des statues douées de vie. J’ai cherché à créer une confusion entre réel et irréel, entre peinture et photographie de manière à faire revivre l’atmosphère surnaturelle des récits de George Sand. Mettre en réponse des images du passé avec celles du présent.[...]

Apnée est le titre que j’ai donné à cet ensemble d’images inspirées par ces textes. Chacune de ces photographies explore en effet l’état de ce qui varie, mais aussi la question de la modification, du changement, de l’écart, des passages d’un état à l’autre, des images différentes et au fond presque toujours similaires. Une variation sur un même thème, une modification du ton, de l’harmonie, du rythme autour d’une même ligne mélodique. Une petite musique qui s’obstine et s’accroche à la mémoire, des images qui en appellent d’autres, en lévitation, en suspension, des images qui échappent et créent une passerelle de moi vers les autres, d’ici vers là-bas, d’ici vers l’Ailleurs. La photographie est pour moi comme les mots d’un poème, d’un roman, d’un conte, des mots comme méditation, silence… A la fin de la lecture, s’il y a une fin, il ne reste que la résonance, l’émotion.