Depuis plusieurs années maintenant, je travaille en étroite colla­boration avec une auteure et metteur en scène de théâtre, Valérie Chatain, sur son projet Résistances, parole de femmes creusoises.

Valérie récolte des témoignages des femmes de Creuse et s’en ins­pire librement pour créer un univers bien à elle où les femmes s’expriment et se racontent de génération en génération toujours en oscillant entre poésie et réalisme, entre nostalgie du passé et modernité.

Pour le deuxième volet de cette pièce et pour la création photographique (les images sont projetées sur scène), elle a imaginé l’histoire d’une jeune femme qui quitte son foyer, le regardant s’effriter derrière elle… [...]

Son foyer, la cuisine, le bruit d’une chaise que l’on déplace , la galette de paille qui se tend sous son poids. Une assiette que l’on pose sur une table en bois. Un intérieur sombre d’où la seule échappée est la fenêtre. L’extérieur vu de son intérieur. L’obscurité, la poussière de la solitude. Vêtue d’une robe blanche, elle marche dans la brume, se perd dans la cam­pagne creusoise. Autour d’elle la lumière qui cherche à percer le mystère de ce paysage estompé forme comme un halo. Les champs se déroulent devant elle. Ses pas semblent soulever des fumerolles échappées des herbes qui se couchent sur son passage. Son souffle trouble le silence. Pas de chants d’oiseaux.. Un ruisseau lui barre le passage. Elle fait un détour. A l’orée de la forêt les arbres, immenses, dressent leurs branches enrubannées de dentelles de brume et laissent entendre de sourds craquements. Autant parler au vent raconte cette déambulation poétique.