Des brumes, des absences, des réminiscences, sans un bruit les mots résonnent, celles de poètes lus… puis l’eau trouble, le maelström, Edgar Poe, Olav H. Hauge,Tarjei Vesaas toujours. Les images se confondent, des silhouettes passent, des hommes sans visages qui n’atteindront jamais la terre ferme, des naufragés de la mémoire. Aux heures où il fait toujours jour, même la nuit, je guette les ombres, d’autres mots surviennent à l’orée des rêves, d’autres images troubles dans la confusion des sens, au bord des îles : de Vesteralen à Lofoten. Nykvag, ou les rives bercées d’arbres solitaires.

Elle, droite, au visage invisible pour ne pas oublier.

2017